Restitution de l’aventure Urban Film Project !

Pli-Bel-Lari

Publicités

Urban Film Project : rdv pour les projections !

Le stage de réalisation Urban Film Project s’achève après 5 semaines intensives ! Durant cette courte période,  les jeunes participants ont découvert par la pratique et le travail d’équipe, la réalisation de films documentaires, dans l’esprit du cinéma direct.

Au cours du mois de juillet, vous allez pouvoir pénétrer des univers inédits, 5 regards  sur la région pointoise, tous liés par des questionnements sur le territoire urbain. Ces films sont réunis par une thématique commune qui est le passage De l’ombre à la lumière. 

Une première restitution des films de l’atelier aura lieu le samedi 15 juillet à 19h en plein air, au coeur du quartier Vatable en partenariat avec l’association Pli Bel Lari.  Nous vous attendons également, le mardi 25 juillet au Mémorial Acte à 19h.                Ces deux projections auront lieu en présence des réalisateurs.

 

Venez nombreux soutenir nos apprentis cinéastes !

 

 

Katia Café-Fébrissy remporte le prix de la meilleure réalisatrice féminine au Barcelona Planet Film Festival

 

photo Katia

Après avoir reçu le premier prix du court-métrage documentaire au Terra festival du film de l’environnement, pour son film “À la racine” (Root up en anglais) réalisé dans le cadre des Ateliers Varan, Katia Café-Fébrissy vient de se voir décerner le prix de la meilleure cinéaste féminine au Barcelona Planet Film Festival.

« À la racine » raconte l’histoire d’une terre, d’une femme et de son combat pour préserver son patrimoine. Le film traite de la question des sols contaminés par la chlordécone en Guadeloupe. Le récit porte sur l’unique personnage du film: Joselie, et sur un seul lieu: son terrain dont celle-ci hérite de son père.

L’ancienne couturière décide donc de se reconvertir au métier d’agricultrice à 48 ans, et Joselie découvre alors que ses trois hectares de terres sont contaminés ; toutefois, elle ne renonce pas à les faire vivre et à en vivre.

banniere-site-Katia.jpg

“À la racine” sera disponible sur la plateforme de varancaraibe.com d’ici quelques mois. Toutefois, il est possible de faire la demande du code d’accès à contact@varancaraibe.com pour visionner le film dès à présent.

VARAN CARAIBE  propose un ATELIER DE RÉALISATION DE FILMS DOCUMENTAIRES pour 8 jeunes de 18 à 30 ans.

IL SE TIENDRA À POINTE À PITRE PENDANT 4 SEMAINES À PARTIR DU 15 MAI.

Au sein de cet atelier encadré par des réalisateurs de Varan Caraïbe, les participants vont pouvoir s’initier à  la réalisation de courts-métrages documentaires sur le thème du territoire.

Et découvrir par la pratique et le travail d’équipe, la réalisation de films documentaires, dans l’esprit du cinéma direct.

L’atelier est ouvert à des jeunes  inscrits dans un dispositif d’insertion et /ou d’accompagnement professionnel par la mission locale.

Il est encore temps de s’inscrire, il reste quelques places. 

CONTACTEZ-NOUS VITE  :

Malaury Eloi : 0690 51 27 20

Philippe Hurgon : 0690 56 75 97

contact@varancaraibe.com

Sans-titre-1Coordonné par des réalisateurs de Varan Caraïbe en collaboration avec l’association Gwa Label, cet atelier va accompagner 8 jeunes dans la réalisation de courts-métrages documentaires en les invitant à explorer leur quartier, à interroger et renouveler les notions de patrimoine et de mémoire du présent.

Pendant 4 semaines,  les participants vont découvrir par la pratique et le travail d’équipe des univers liés à la réalisation de films documentaires, dans l’esprit du cinéma direct. Leurs productions seront restituées et valorisées lors de projections publiques, festivals, espaces dédiés à l’expression artistique contemporaine, sites internet de Varan Caraïbe et autres plateformes partenaires.

Public : 8 stagiaires de 18 à 30 ans de la région Pointe-à-Pitre/ Abymes et inscrits dans un dispositif d’insertion et/ou d’accompagnement professionnel qui couvrent les services départementaux de la mission locale. C’est un stage intensif qui requiert assiduité et engagement et une disponibilité complète.

Durée : 4 semaines du 15 mai au 15 juin 2017.

Lieu  : Médiathèque de Pointe-à-Pitre

Sélection : Inscription avant le 21 Avril 2017 / Entretien individuel (fin avril)

Envoyez vos candidatures !
contact@varancaraibe.com

ANCRAGES : les films 2017 sont en ligne


Les  films issus de notre atelier de réalisation 2016/2017 sont en ligne sur notre plateforme : varancaraibe.com

ANCRAGES : c’est le titre générique sous lequel nous avons réunis ces 9 films, autant de regards singuliers et autant de manières de raconter la Guadeloupe avec ceux qui s’y cherchent et s’y inventent une place.
À consommer sans modération !

Le bout du voyage ….

Et voilà, la session 2016 / 2017 s’achève après 20 semaines ! Une nouvelle expérience pour Varan Caraïbe qui a porté ce projet en partenariat avec les ATELIERS VARAN et GUADELOUPE FORMATION.

Dans les locaux de Guadeloupe Formation à Jarry, 9 films se peaufinent dans la fièvre, que partagent formateurs et nouveaux réalisateurs. C’est la projection publique des films, présentés au Mémorial Acte devant une salle comble, qui va sceller l’expérience et donner tout son sens à l’aventure …

© Photos Cédric Jouan

VARAN CARAIBE FAIT SON MOIS DU DOC !

slide-site-960x480-rencontre-film-doc-3-nov-1slide-site-960x480-rencontre-film-doc-4-novslide-site-960x480-rencontre-film-doc-15-novslide-site-960x480-rencontre-film-doc-16-nov-copie

Varan Caraïbe programme 4 soirées de projection / rencontre au Mémorial Acte en ce beau mois de novembre. Anciens stagiaires et cinéastes formateurs seront présents pour vous présenter des films à découvrir ou à revoir :

  1. le 3 novembre 4 films de l’ATELIER GUADELOUPE 2015  en présence des réalisateurs.
  2. le 4 novembre LE PAYS À L’ENVERS de Sylvaine Dampierre en sa présence.
  3. le 15 novembre 4 FILMS DE L’ATELIER VARAN D’AFGHANISTAN en présence de Marie Claude Treilhou, responsable de l’Atelier.
  4. le 16 novembre LA PERMANENCE de Alice Diop en sa présence.

Film makers

Apprivoiser les outils … Dans les premières semaines du stage on apprend à travers des cours techniques et de nombreux exercices, à maîtriser la prise de son et la prise de vue, puisque chacun devra assurer successivement les deux postes : réaliser à la caméra et prendre le son sur les autres tournages. À Varan, on ne forme pas des cadreurs ou des preneurs de son, mais les apprentis cinéastes y sont mis en position de « Film makers » expérimentant physiquement derrière la caméra les paramètres essentiels de la réalisation : la relation à construire avec ses personnages, le point de vue, le découpage, la construction du récit … Et, bientôt, le plaisir de filmer et de composer la bande sonore.

Ainsi chaque stagiaire aura la chance de participer activement,  outre à son propre tournage, à ceux de ses collègues, démultipliant l’expérience. Un peu de technique donc, mais ce n’est pas l’essentiel, il s’agit encore et avant tout d’aiguiser son regard, de s’en faire une alliée, un instrument d’expression et pour certains, de dépasser ses craintes ou de se remettre en question.

Action / Réaction !

 

©Photos Renaud Personnaz

Nouveau passage par le regard expert et le studio de Léna Blou pour notre groupe de stagiaires.

Nous avons pu cette année, développer encore un peu plus le passionnant travail avec Léna. Une première séance en demi groupe a permis aux stagiaires de travailler physiquement  mais aussi de réfléchir à des notions essentielles : l’équilibre, le toucher, le mouvement, la cohésion, bien sûr ; mais aussi le rapport à l’espace et l’acuité du regard, l’anticipation …

Ils ont pu, à travers des exercices adaptés, apprendre à appréhender l’espace, à construire et analyser des formes, à être à l’écoute, à exercer leur regard, à s’adapter aux accidents, à réagir à interagir.

« Pour bien interagir avec l’autre, il faut d’abord prendre conscience de soi-même, et ensuite faire silence pour être pleinement à l’écoute » :  précieux conseil d’une chorégraphe à de futurs cinéastes.

Ces quelques heures passées sur le parquet de Léna sont précieuses, chacun affronte – et apprend à dépasser – ses propres limites.

Artiste et formatrice hors paire, Léna offre aux futurs réalisateurs une expérience décisive. Vivement la semaine prochaine pour la suite de l’expérience !

C’est parti !

C’est le tout début de l ‘aventure pour notre promotion 2016 / 2017 :

Virginie Campagnie, Malaury Eloi, Stéphanie Saxemard, Gilles Gace, Willy Daninthe, Daniel Matias, Jerry Spartacus, Katia Café-Fébrissy, Claude Gresse et Jordi Ronel.

Premiers gestes, premiers choix, premières images partagées par un groupe divers, enthousiaste, curieux et plein d’envies, comme on les aime !

Atelier de réalisation 2016 décollage imminent !

Cette nouvelle formation en Guadeloupe, grâce au partenariat reconduit entre les Ateliers Varan et Guadeloupe Formation, est d’un format hors norme : 5 mois, 20 semaines pour se former à la réalisation documentaire mais aussi au montage et à l’écriture .

Elle  débutera le mardi 4 octobre à Jarry, pour s’achever le 28 février 2017 et regroupera 10 stagiaires venus de différents  horizons. Un groupe divers et motivé, un escadron de formateurs chevronnés et passionnés, un programme intense, la Guadeloupe pour terrain d’aventure : tout est réuni pour faire de cette édition 2016/2017 un grand Cru !

Et parce qu’on y a vraiment pris goût, cette année encore on a pu bénéficier du talent de Philippe Hurgon pour concocter le visuel du stage.

La Formation

Danser

Une première réunion d’information s’est tenue à l’AS2 Pole Emploi à Jarry s’est tenue hier en présence de Sylvaine Dampierre, une prochaine aura lieu début juin. Beaucoup de pré inscriptions déjà enregistrées, de premiers entretiens tenus,  mais encore trop peu de dossiers nous sont parvenus.

Les étapes de la candidature pour le stage sont les suivantes :

  • Pré inscription sur le site
  • Envoi du dossier de candidature
  • Entretien avec les formateurs

TOUT EST LÀ

Et le meilleur délai pour faire tout ça?? AU PLUS VITE.

Alors merci de ne plus tarder et de faire tourner l’info autour de vous.

À BIENTÔT !

Atelier de réalisation 2016, les inscriptions sont ouvertes !

Nous proposons cette année un atelier de formation à la réalisation de film documentaire renforcé, allongé à 20 semaines du 12 septembre 2016 au 20 janvier 2017. 

Il renforce les acquis conceptuels et techniques (image, écriture, montage), permettant ainsi de former de nouveaux réalisateurs polyvalents. La formation est toujours diplômante (Titre d’auteur réalisateur de film documentaire de niveau I) reconnue par le Ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle inscrite au RNCP).

Tous les détails sont sur notre site.

Vous pouvez télécharger la fiche descriptive complète

Il est accessible à 10 demandeurs d’emploi inscrits en Guadeloupe et 2 places sont ouvertes à des salariés.

La procédure d’inscription est la suivante :

  • Se pré inscrire sur notre site
  • Retirer un dossier auprès de Guadeloupe Formation  : GF Roujol 97170 Petit Bourg- tel 0590 604848 service accueil
  • Nous faire parvenir votre dossier de pré sélection à contact@varancaraibe. com

Si votre candidature est retenue, nous vous convoquerons pour un entretien.

Ne tardez pas! Les premiers entretiens de sélection se tiendront en Guadeloupe début mai, puis début juin prochain.

« Le nouveau documentaire Guadeloupéen » représenté par les films de Varan Caraïbe.

5 films au programme mardi 12 avril au Forum des Images à Paris sous le signe de Pointe-à-Pitre et de l’autobiographie.

  • Rue Vatable de Melissa Issorat (2015)
  • Boissard Renaissance de Jean-Claude Peka Resdedant (2015)
  • Intrigues et passions à cité Chanzy de Abel Bichara (2012)
  • Ma vie si rose de Cédrick Mbenze (2015)
  • Mauvais genre de Guy Gabon (2012)

Qu’on se le dise !

  • Ci-dessous le programme détaillé de la soirée :

Flyer Guadeloupe

Varan Vietnam : un exemple inspirant

L’atelier Varan au Vietnam : envol et autonomie

EVOLUTION DE L’ATELIER DE REALISATION DOCUMENTAIRE VARAN VIETNAM

FINDING PHONG

 

Lors de son passage à Paris pour la projection du film qu’elle a co-réalisé avec Swann Dubus « Finding Phong », Tran Phuong Thao nous fait part de l’évolution de l’atelier de réalisation de films documentaires Varan Vietnam.

Créé il y a 12 ans (2004), l’atelier s’est tenu chaque année depuis lors, dans différentes  villes (Hanoï, Da Nang, Hô-Chi-Minh-Ville), formant ainsi, trois mois durant, des jeunes de différentes régions du Vietnam. Réuni autour d’une idée commune du cinéma et du désir de se démarquer des productions commerciales et des films de propagande, est né un véritable collectif de réalisateurs, monteurs, cadreurs, preneurs de son, traducteurs et producteurs. Pour gagner leur vie, les uns ont trouvé leur place sur le marché du cinéma vietnamien (comme assistants de production, de réalisation, comme scénaristes pour feuilletons télévisés, etc.), d’autres répondent à des films de commande institutionnelle, ou encore travaillent comme journalistes à la télévision publique. Ils peuvent ainsi mener leurs projets personnels, en toute liberté, dans le cadre de l’atelier.

Depuis 2011, « Varan Vietnam » est devenu une société de production et de diffusion, singulière dans sa structuration, chaque réalisateur participant aux films des autres, à divers titres.

Fort de cette multiplicité, de cette solidarité, et grâce aussi au succès international de films réalisés en ateliers, « Varan Vietnam » est aujourd’hui l’une des rares sociétés de production de films documentaires du pays. « Varan Vietnam » occupe une place à part dans le paysage cinématographique du pays, en produisant des longs-métrages.

Lire la suite

2016 droit devant !

L’année 2016 s’annonce productive et animée pour l’association Varan Caraïbe qui fête ses 10 ans d’existence – même si les ateliers proprement dit n’ont commencé qu’en 2010. varan-anim

10 années déjà à déplacer quelques montagnes et faire éclore quelques rêves, une trentaine de films et une association vivante à notre actif …

Avec un programme pédagogique renouvelé et diversifié dont nous vous parlerons bientôt, des projections, des rencontres, des projets, nous aurons en 2016 encore plein de choses à partager. Alors meilleurs voeux à tous !

clic!

Les films 2015 sont en ligne !

Regroupés sous le titre générique de « TRAVERSÉES« , les 11 films issus de l’atelier 2015 peuvent désormais être visionnés sur notre site. varancaraibe.com

11 parcours donc, 11 regards inédits sur la Guadeloupe, 11 voyages intérieurs à la découverte de l’île et de soi-même … Ces traversées offrent une belle diversité d’itinéraires : au fil de l’eau et des routes, au cœur des villes et des cases, au bonheur des rencontres, au sein des familles, dans les méandres de l’autobiographie ou au cœur des mutations sociales … Trajets de vie, territoires explorés, destins croisés, les films nous invitent au voyage à la rencontre de l’autre, en mettant nos pas dans les siens.

Au programme :

  • RUE VATABLE de Mélissa Issorat
  • BLACK KISS de Mariette Monpierre
  • BOISSARD RENAISSANCE de Jean-Claude Resdedant
  • PARTIR OU PAS de Axe Michineau
  • KAZ À L’ÂME de Carine Irénée
  • SOUS LE MÊME SABLE de Morgane Jean François
  • « W » OU LE PASSAGE de Philippe Virapin
  • AMOUR BÉNI de Kra Kouassi
  • LA MONTÉE DES EAUX de Guy Gabon
  • MA VIE SI ROSE de Cédrick Mbenze
  • ITINÉRAIRES de Emmanuel Jomie

Une traversée de 3 mois

Difficile de tenir la chronique de ce stage, manque de temps et surtout de réseau. Mais il n’est pas trop tard pour feuilleter les souvenirs en image de cette belle aventure. 12 semaines intenses, pour des stagiaires engagés qui n’ont pas économisé leurs forces et ont beaucoup appris ensemble.

Le grand jour, et après …

Jour de projection, jour de fête, jour de remise des titres et premiers mots devant la presse pour les nouveaux réalisateurs …

11 nouveaux regards sur la Guadeloupe

C’est le 28 novembre au Mémorial ACTe qu’a eu lieu la projection publique des 11 films issus de l’atelier. Près de 5 heures de projection en trois séances, un public nombreux et enthousiaste qui piétine pour entrer dans la salle … Ces émotions là sont de celles qui forgent un réalisateur et donnent tout son sens à notre travail. Leurs films, c’est dans le regard des spectateurs qu’ils sont nés ce soir mémorable. Frantz Succab nous a envoyé ce message à l’issue de la projection :

« J’ai passé un agréable moment. Faire une telle traversée à travers onze documentaires de création, cela relève du marathon. Pourtant, on n’en sort pas épuisé. 
Évidemment, les films sont inégaux, l’œil et l’esprit, pour certains, tâtonnent encore pour saisir le fil, quand l’esthétisme dilue le sens ou comble le silence. Néanmoins, à travers l’ensemble, ces anonymes, cet archipel de solitudes qui se raconte à l’aube dans ses multiples rapports avec la mer, ces vies qui s’interrogent à travers des tout et des riens, mais sur l’essentiel, m’ont donné à revoir mon peuple. Celui qui résonne au fond de nous. Même en le voyant tous les jours, on le perd trop souvent de vue, dans la routine de la vie quotidienne. 

En sortant de la salle je me suis dit qu’il faut encore beaucoup de regards de réalisateurs, beaucoup de créations de ce type pour nourrir l’imaginaire guadeloupéen. Beaucoup, beaucoup. Lorsque, chaque heure de chaque jour la télévision nous expatrie toujours plus, au point  de ne plus vouloir nous voir nous-mêmes en peinture, les Ateliers Varan font œuvre de salut public. »

 

Corps filmé / corps filmant avec Léna Blou

Regarder

Le groupe a vécu deux séances mémorables dans le studio de la chorégraphe Léna Blou à Pointe-à-Pitre. Cette remarquable liseuse de corps les a aidés à prendre conscience d’eux-mêmes et des autres et à réaliser que filmer engage avant tout le corps, les corps. Ancrer son regard, aiguiser ses perceptions : le mouvement, le toucher, la coordination, la détente, le silence, sont autant de données essentielles de la présence au monde d’un cinéaste. Il y a une intelligence du corps, que Léna nous a aidés à aiguiser.

Avec ou sans caméra, les exercices se sont succédés dans une ambiance joyeuse et concentrée. Délier, dénouer, sentir, accompagner, porter, soutenir, accompagner, être en symbiose avec son partenaire, apprendre à se mouvoir dans l’espace, ancrer son regard : c’est une véritable chorégraphie du tournage qui s’est ainsi dessinée. Cette collaboration avec Léna est précieuse, elle nous a aidé à inscrire les apprentissages en cours. Deux fois trois heures intenses qui marquent une étape importante dans le déroulement du stage. Voici nos stagiaires en éveil, prêts à tourner leur troisième exercice : « Des corps en mouvement ». Visionnage demain.

10 jours déjà !

Le stage a pris sa vitesse de croisière, le groupe est au complet et au travail et découvre le sens du mot « intensif ». Tous font preuve d’engagement et d’ardeur. 10 jours c’est déjà beaucoup d’images, vues, tournées, visionnées, recommencées, montées. Toute la semaine dernière nous avons accueilli Daniel Deshays, avec qui le groupe a exploré les richesses du son au cinéma. Les salles de montage sont équipées, et le montage du deuxième exercice « début ou fin de journée » a eu lieu jeudi et vendredi dernier avec l’aide des monteurs Audrey Dilant et Dominique Duport.

La semaine qui s’annonce commence fort, avec deux matinées de travail avec Léna Blou qui nous accueille sur la parquet de son école de Pointe-à-Pitre pour aborder la chorégraphie du tournage à travers des exercices corporels, nous attendons avec impatience cette nouvelle expérience…

La première Master Class de Varan Caraïbe

Le 16 septembre prochain, Daniel Deshays, réalisateur sonore pour le théâtre et le cinéma, professeur et membre de l’équipe des Ateliers Varan va inaugurer au Quai des Arts le cycle de rencontres professionnelles de Varan Caraïbe. Il s’agit pour l’association d’organiser plusieurs fois par an des ateliers/rencontre avec des professionnels du cinéma et de la création et de créer du lien entre et avec les créateurs en Guadeloupe.

Nos stagiaires auront eu la chance de passer une semaine en sa compagnie puisqu’il fait partie de l’équipe enseignante de l’atelier de réalisation et sera présent sur le stage du 14 au 19 septembre.

Cette rencontre publique – accessible uniquement sur inscription* – abordera la question du récit sonore et mettra en parallèle la construction sonore au cinéma et à la radio. Nulle doute que la présence stimulante de Daniel donnera un bel élan aux projets de Varan Caraïbe en matière de documentaire sonore.

« Ils ne savent pas que c’est la foudre qui va tomber sur eux ! »

Rencontre (avec Jean Rouch)

Je n’avais jamais rencontré Jean Rouch, je l’avais croisé, écouté, mais je ne lui avais jamais adressé la parole. J’étais restée au seuil d’un dialogue avec le grand homme, muette dans les salles où je venais de voir un film de lui : je ne suis pas de ceux qui posent des questions après la séance. Mais la Guadeloupe m’offrait cette chance unique de rencontre, nous étions invités ensemble pour le mois du Doc 2003, pour parler de  la « grande idée » de Jean Rouch : Varan.

C’est Jean-Noël Cristiani qui arrangea la rencontre, ancien élève de Jean, membre fondateur de Varan il avait gardé l’habitude des petits déjeuner du boulevard du Montparnasse. Jean habite à côté, il suffit d’être à l’heure et de se laisser guider par l’humeur du griot. C’est Jocelyne Rouch qui avait arrangé le rendez-vous, l’idée d’un atelier Varan en Guadeloupe l’enthousiasmait.

Jean disait de sa femme qu’elle était devenue sa mémoire, ce jour-là Jocelyne avait décidé que Jean se souviendrait de Varan …

Lire la suite sur Vu d’Ici

Le stage s’affiche

Cette année, on ne se refuse rien. Même pas une affiche pour notre stage, réalisée par Philippe Hurgon. Le chemin est tracé, bien sûr ça monte un peu, mais il n’y a plus qu’à !

Formation-Varan-Sept-2015

Un nouvel atelier documentaire prochainement en Guadeloupe !

HELLO AGAIN, nous sommes de retour !

Le 5 septembre prochain débutera notre nouvel atelier de formation : 12 semaines, 12 stagiaires, et bientôt 12 nouveaux films inédits tournés en Guadeloupe. Bientôt ? Enfin au bout d’un long et passionnant périple de 12 semaines, dont vous retrouverez la chronique sur ce blog.

Téléchargez la fiche descriptive du stage

Et retrouvez-le sur notre site

SITE TOUT NOUVEAU -TOUT BEAU !

VARAN CARAIBE A UN NOUVEAU SITE !
Des films, des infos, pour tout voir tout savoir et S’INSCRIRE A NOS FORMATIONS c’est désormais ici que ça se passe !

VARANCARAIBE.COM

CAPTURE D'ÉCRAN SITE

Un lieu unique pour retrouver toutes les activités de Varan Caraïbe, nous contacter, s’inscrire sur nos ateliers, s’inscrire à notre NEWS LETTER,

et surtout une plateforme de diffusion de tous les films réalisés dans les ateliers depuis 2010.

C’est Julie Chetaillle qui nous a concocté ce bel outil, et c’est là désormais que nous nous retrouverons.

Alors n’hésitez pas à visiter, à revenir, à réagir, à vous y inscrire pour ne rien manquer des projets de Varan Caraïbe et des travaux de nos talentueux stagiaires.

A très vite sur nos lignes !!!

La Guadeloupe à l’honneur au Musée du quai Branly !

C’est le 9 novembre à 18 h 30, le Musée du quai Branly acceuille Varan Caraïbe pour une projection de 5 des films de l’Atelier. La projection sera suivi d’un débat avec Gloriah Bonheur et Cédric Michaux, notre very special guest Didier Pierre tout juste débarqué de Guadeloupe  (voir l’article de France Antilles) et Sylvaine Dampierre. 

L’occasion de se retrouver et de partager avec le public parisien. Venez nombreux !!

De cases en Kaz dans la sélection Web doc du Mois du Doc 2012!

Nous ne sommes pas peu fiers de figurer  –  en très bonne compagnie –  dans la sélection web doc d’Images en bibliothèques au titre de web documentaire de création. L’occasion de faire connaître plus largement le premier web documentaire guadeloupéen …

• (Re)Voir « De cases en kaz » :

http://decasesenkaz.varancaraibe.com/#/accueil

Film collectif

 » Réalisé par les stagiaires Guadeloupéens d’une formation des Ateliers Varan, ce webdocumentaire est volontairement d’une grande simplicité formelle.

Pendant quatre semaines, neuf stagiaires se sont impliqués dans ce projet commun, avec pour objectif d’y trouver chacun sa propre expression.

Au bout du compte, ils ont conçu ensemble cette exploration sensible et diverse de la Guadeloupe.

« Il nous semble« , disent Sylvaine Dampierre et Ana Maria de Jesus, « que le champ du web documentaire, largement investi par les journalistes et les photographes, représente pour les cinéastes, à la faveur de la démocratisation que représente ce nouveau moyen de diffusion, un large champ d’expérimentation et d’expression.

De même que le documentaire a su lutter en marge du marché, pour continuer à inventer et atteindre son public, contribuant par cette résistance à irriguer les formes du cinéma contemporain, il est encore temps pour les cinéastes d’investir le champ du webdoc pour y renouveler leur langage, leurs modes de narration, porter leur regard sur le monde et atteindre les spectateurs, où qu’ils soient. »

Web docs – Le Mois du Film Documentaire.

Longue vie aux films de l’atelier 2012 !

C’était le 1er septembre, à la médiathèque Paul Mado de Baie-Mahault. La projection de fin de stage, le bout du chemin : les 8 films réalisés et montés pendant le stage sont enfin présentés au public. C’est l’aboutissement du travail : dans le regard des spectateurs des émotions partagées, des murmures, des rires, des sensations presque physiques qui donnent toute sa dimension à l’aventure. Et ce fut une bien belle soirée! Le public était nombreux, très nombreux, et enthousiaste, très enthousiaste! Dans la salle, certains des personnages des films se découvraient à l’écran, et nous les reconnaissions, ils faisaient partie de la « famille » depuis des semaines déjà! Notre belle brochette de réalisateurs et de monteurs a vécu ce soir-là un grand moment. Mais ce n’était qu’un début : désormais les films existent, ils vont poursuivre leur chemin. D’autres projections sont à venir, d’autres moments à partager : en Guadeloupe pendant le mois du Doc et à Paris au Musée des Arts Premiers le 9 novembre prochain … On vous y attend!

Merci à Sully Gabon pour les photos :

4ème jour!

Vendredi 24 Août

Nous réfléchissons donc toujours à la façon dont nous allons présenter les vidéos de nos camarades réalisateurs et monteurs, nous nous rapprochons malgré tout du but car les idées se font de plus en plus précises.

La pédagogie d’Ana Maria est remarquable; à tel point que Ludovic ne veux plus lâcher l’affaire et que tout ce que l’on apprend  à l’air relativement simple alors qu’il n’en est rien.

Trêve de bavardage on  retourne au boulot car nous avons plusieurs petites choses à vous préparer cher public. See you soon!!

J+3 pour les Webdocs à la Médiathèque Paul Mado

22 Août 2012, 

Médiathèque Paul Mado de Baie Mahault.

 
Une journée de mercredi qui s’annonce pluvieuse puisque la météo nous joue un sacré tour, nous sommes en effet en « vigilance orange ».
Toutefois, notre volonté et notre enthousiasme restent intacts. Alors que les autres stagiaires, réalisateurs et monteurs, sont en plein rush, les questions sur notre travail,  arrivent doucement à nos oreilles et commencent à nous faire réfléchir à notre production finale.
Après quelques notions de bases sur des éléments techniques, mais également sur la conception, la création et le design graphique, nous nous sommes mis à la création de blogs.

Le travail ne fait que commencer, alors on y retourne !!!!

Autoportraits de monteurs

Alors que les tournages commençaient, nos 4 monteurs ont eu en troisième semaine un peu de temps pour emboîter le pas de leurs collègues en réalisant leur propres autoportraits … Un peu plus de temps de réflexion, et de vrais regards. Comme par exemple ce vrai faux journal intime de Sandrine Alexis, monté par Stéphane :

AUTOPORTRAIT

Aborder l’intime, c’est ce à quoi notre thème « Tourments d’amour », va immanquablement nous conduire. Au bord de ce grand saut, parler de soi, se livrer, se représenter, nous semblait une étape importante. Nous avons donc demandé aux stagiaires de réaliser un autoportrait dont la matière première devait être une série de plans « Lumière ». En référence aux débuts du cinéma, à ces « vues Lumière » que les opérateurs de 1895 tournaient, développaient et projetaient alors que le cinéma était encore un « art forain », l’exercice consiste à tourner des vues animées de la Guadeloupe d’une quarantaine de secondes qui constituent un autoportrait. Les réalisateurs d’abord et bientôt les monteurs, ont donc du faire preuve d’inventivité pour trouver la forme adéquate, qui expose et protège. Voici donc l’autoportrait qu’Abel a tourné  en ce dimanche d’onde tropicale et qu’il a monté avec Stéphane ce matin…

CINE ROMAN

Aujourd’hui nous avons appris la mort de Chris Marker.

C’est dans le sillage de « La Jetée » que s’inscrivait notre troisième exercice, que nous avions intitulé après avoir vu encore une fois le film tous ensemble : « Ciné roman ». Nous avions d’ailleurs repris à notre compte cette adresse aux jeunes cinéastes écrite à propos de « La jetée  » :

« La pauvreté des moyens qui est (au moins dans mon cas) plus souvent question de circonstances que de choix, ne m’a jamais paru devoir fonder une esthétique, et les histoires de Dogme me sortent par les yeux. C’est plutôt à titre d’encouragement pour jeunes cinéastes démunis que je mentionne ces quelques détails techniques : le matériel de la Jetée a été créé avec un appareil Pentax 24/36, et le seul passage tourné « cinéma », celui qui aboutit au battement d’yeux, avec une caméra 35 mm Arriflex empruntée pour une heure. Sans soleil a été tourné intégralement avec une caméra Beaulieu 16 mm, muette (il n’y a pas un plan synchrone dans tout le film) avec bobines de 30 mètres – 2’ 44’’ d’autonomie / – et un petit magnétophone à cassettes – même pas un Walkman, qui n’existait pas encore… Le seul élément sophistiqué – pour l’époque – était le synthétiseur d’image Spectre, également emprunté pour quelques jours. Ceci pour dire que les outils de base de ces deux films étaient littéralement à la portée de n’importe qui. Je n’en tire pas une sotte gloriole, seulement la conviction qu’aujourd’hui, avec en plus l’ordinateur et les petites caméras DV, hommage involontaire à Dziga Vertov, un cinéaste débutant n’a aucune raison de suspendre son destin à l’imprévisibilité des producteurs ou l’arthritisme des télévisions, et qu’en suivant ses idées, ou ses passions, il verra peut-être un jour ses bricolages élevés au rang de DVD par des gens sérieux. »

C’est donc en forme d’hommage et parce que ce  » bricolage » là nous a tous touchés, que nous vous présentons aujourd’hui  le travail de Cédric Michaux (le réalisateur) et Stéphane Abenaqui (le monteur) : SKYZOPHRENIKLOV !

Inspirations


La deuxième semaine a passé tellement vite!

Elle s’achève demain déjà, l’ambiance est au travail et à la réflexion … Nous l’avons nourri de bien des regards tutélaires, croisé des chemins, fait des incursions dans les écritures et les univers si divers du cinéma documentaire : nous avons ainsi fait un bout de route avec Jean Rouch, Chris Marker, Jean Eustache, DzigaVertov, Alain Cavalier, Vincent Monikkendam, Maurice Pialat, Doisneau, Nan Goldin, bientôt rejoints par R W Fassbinder, J V D Keuken, Chantal Akerman, Bill Viola, Pelechian … Regardons, regardons, il en restera toujours quelque chose …Le troisième exercice monté s’appelle « Photo roman », un essai de récit en images fixes, à partir de photos de repérages, annonciateur des futurs projets qui se dessinent. Nous le visionnerons demain vendredi. En guise d’amuse bouche, voici l’interprétation de Dominique Duport d’un exercice de pur montage : des images de train, une banque sonore, un voyage.

Première semaine du stage réalisation/montage 2012 !

Et bien voilà, nous y sommes! Le travail a commencé tout de suite dans la médiathèque Paul Mado de Baie Mahault, un très beau lieu, tout neuf, face à la mer. Une semaine riche de rencontres avec un groupe enthousiaste et chaleureux. Comme toujours à Varan, après un petit déjeuner d’accueil, les hostilités ont commencé tout de suite avec un premier exercice de tournage « L’échange » et des exercices de montage. Premières images donc, déjà beaucoup de choses à dire et à découvrir : il s’agit pour nous tous d’accorder nos regards, d’apprendre à voir, de repérer ce qui nous touche dans les images, ce qui fait sens et émotion. Et déjà, ce qui frappe, c’est que la Guadeloupe est là. Le pays s’incarne, éclate en couleurs et en sons, et déjà, nous parle.  Et les gens d’ici, nos personnages, se prêtent au jeu avec gentillesse et générosité.

Le deuxième exercice s’appelle « processus de travail », il est monté. Pour Gloriah, Ludovic et Joyce, l’exercice a pris la forme d’une dédicace. Enjoy!

Cet exercice monté, c’est  l’occasion d’expérimenter l’aventure du montage, qui se vit à deux. Là encore tout est question de regard, le monteur est le spectateur privilégié avec lequel redécouvrir ses rushes, avec lequel mieux comprendre ce qu’ils renferment. Une expérience déjà très riche dont nous avons pu discuter. Et puis il y a eu des projections de films, des discussions sur le thème et les projets. Notre thème, « tourments d’amour », a d’abord plongé certains dans une certaine perplexité, mais la proposition ne laisse pas indifférent, et les projets s’annoncent très riches.

Le thème de la session 2012 !

Pour cette nouvelle session de formation,  le champ que nous allons explorer ensemble s’intitule :

« TOURMENTS D’AMOUR »

C’est bien sûr un clin d’œil, en référence à une pâtisserie qu’on dit d’origine Saintoise et qui nous ancre résolument dans le territoire guadeloupéen, c’est pour nos futurs spectateurs une invite gourmande et intrigante qui pourrait se révéler moins « sucrée » qu’on ne croit… Lire la suite

DEMANDEZ LE PROGRAMME !!

Ouverture du stage pour tous les stagiaires le 16 juillet 2012 à 8h 30 à la médiathèque de Baie Mahault.

Programme :

STAGE DE REALISATION (16 JUILLET/1ER SEPTEMBRE)
Objectif : se confronter aux fondamentaux de la réalisation d’un film documentaire. Après une brève période d’initiation technique, d’analyse d’œuvres de référence, de repérages et d’écriture, chacun passe à l’acte en tournant un court-métrage sur un thème imposé. Ce stage couplé à celui de « Pratique du montage documentaire » permet également d’appréhender la relation essentielle réalisateur/monteur.

Première période ( 2 semaines) : Exercices pratiques, analyse filmique, repérages. Lire la suite

LA SESSION DE FORMATIONS 2012 COMMENCE BIENTÔT!

Dès le 16 juillet 2012, va commencer la troisième session de formation organisée par Varan Caraïbe en Guadeloupe.

Ce nouvel atelier est pluri disciplinaire, il va regrouper des réalisateurs des monteurs et des apprentis web designers pour converger à la réalisation d’un web documentaire collectif.

L’équipe des stagiaires est constituée de 8 réalisateurs, 4 monteurs et 4 web designers : chaque réalisateur réalise un film, chaque monteur monte deux films, et l’équipe de web design conçoit et réalise l’interface du web documentaire qui sera mis en ligne fin septembre.

Vous pourrez suivre bientôt nos nouvelles aventures sur le blog du stage et serez invités à découvrir les nouvelles productions de nos stagiaires.

– le 1er septembre 2012 avec la projection des films

– Fin septembre 2012 avec la mise en ligne du nouveau Web documentaire

A très bientôt !!

De cases en kaz à l’honneur pour les 10 ans du cine club de Pointe à Pitre

Mardi 19 juin 2012 : Soirée de clôture avec la projection de « de cases en kaz » ; 8 court- métrages autour de la thématique de l’habitat en Guadeloupe, avec l’association Varan Caraïbe et les ateliers VARAN, en présence des stagiaires.

Les 8 films du stage novembre 2011 ont été projeté en présence de plusieurs stagiaires et devant une salle comble et enthousiaste.

LE « Blog documentaire » parle de nous :

Image 5
23 décembre 2011

GUADELOUPE / LES ATELIERS VARAN INVESTISSENT DANS LE WEB DOC !

Le Blog documentaire : Qu’est-ce qui a poussé les Ateliers Varan à mettre en place un stage sur le webdocumentaire ? Et pourquoi en Guadeloupe ?


Les Ateliers Varan : Depuis 30 ans, les Ateliers Varan sont présents sur le “front” de la formation au documentaire avec une idée simple inventée par Jean Rouch : apprendre à faire du cinéma par la pratique à de jeunes cinéastes à travers le monde pour qu’ils puissent rendre compte de leurs propres réalités.  Il était donc logique que Varan s’intéresse aux évolutions récentes de l’expression documentaire, aux nouveaux enjeux de sa diffusion et au webdocumentaire en tant qu’il revendique sa filiation à un genre cinématographique que nous défendons ardemment depuis longtemps, et aussi pour les perspectives qu’il ouvre aux jeunes cinéastes du monde entier avec lesquels nous travaillons.

Si Jean Rouch était encore là, nul doute qu’il se serait intéressé au webdocumentaire ! Lire la suite

LE PREMIER WEB DOCUMENTAIRE GUADELOUPEEN EST EN LIGNE!

ça y est! depuis quelques jours nous avons fait nos premiers pas sur la toile mondiale avec  » DE CASES EN KAZ », notre Web documentaire, fruit du travail de toute l’équipe qui est aussi – et nous en sommes assez fiers –  le premier Web documentaire made in Guadeloupe. Il existera maintenant à travers vos regards, nous espérons qu’il saura vous toucher, que vous aurez envie de le partager … Bon vent à DE CASES EN KAZ donc, nous vous donnerons des nouvelles du voyage … N’hésitez pas à nous livrer vos impressions et remarques, c’est possible sur ce blog et sur le site :

varancaraibe.com

A très vite!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernière ligne droite !

Notre Web Doc sera en ligne dans quelques jours, après sa présentation publique à la médiathèque du Lamentin samedi 3 dèc à 17 h … Pas le temps de vous en dire plus, on a  encore du boulot!

A très bientôt!!!

LE CHEMIN …


Fin d’une deuxième semaine riche en péripéties et en inquiétudes : est ce qu’on va y arriver? Serons nous au rendez-vous le 2 décembre pour mettre en ligne notre Web Documentaire? La réponse va de soi : il n’est pas question d’y renoncer. Ce qui valide et cristallise l’expérience, ce qui lui donne du sens, c’est uniquement ça : aller au bout, y arriver, produire cet objet qui nous est devenu si précieux. Alors une seule solution :  travailler d’arrache-pied, se confronter en même temps aux problèmes de réalisation, aux acquisitions techniques, au fond et à la forme … et atteindre notre objectif. Ce stage, comme tous les stages Varan est basé sur la pratique, la fabrication « pour de vrai », la mobilisation totale. C’est le chemin qui compte, mais seulement s’il nous mène à un résultat.  Ce résultat sera t-il à la hauteur de nos ambitions? Convaincra t-il les spectateurs? Peut être … Mais en tout cas, il sera fait de l’engagement de chacun et à ce titre, il ne devrait pas vous laisser indifférents !